Crédit d’impôt sur l’hébergement des migrants : une hypocrisie élitaire !

Dans la série notre époque est formidable… On a vu cette semaine un député macroniste faire passer un amendement ouvrant la possibilité aux contribuables d’obtenir un crédit d’impôt lorsqu’ils hébergent des migrants. Ainsi, si j’en crois les calculs savants des journalistes, chaque nuitée rapportera à l’hébergeur 5 euros — contre 17 euros que coûterait une nuit gérée par l’Etat dont c’est le rôle en principe !

  • Le député au grand cœur fait d’une pierre deux coups :
    Il montre sa grande générosité qu’il partage avec ceux de sa classe, ceux-là même qui sont les premiers à appeler à l’ouverture des frontières aux migrants mais aussi aux produits et services de toutes sortes — c’est ce que sommairement on appelle la mondialisation.
  • Il allume un contrefeu lui permettant de montrer la générosité de l’élite alors même que le gouvernement élitaire qu’il soutient ne fait pas grand chose pour régler la question de l’accueil d’urgence laissant les communes se débrouiller comme elles peuvent

Et évidemment chacun aura noté que lorsqu’on offre 5 euros par nuit, on a une cible en vue : ls classes populaires qui gagnent suffisamment peu leur vie pour avoir besoin des 5 euros par nuit. Autant vous dire que ce ne sont pas les élites qui vont être encouragées à accueillir des migrants chez eux dans l’espoir de se faire 5 euros de plus quotidiennement.

Et c’est là que se trouve le climax de l’hypocrisie élitaire. La sécession des élites — documentée par Guilluy et plus récemment par Fourquet — les éloigne des migrants actuels mais aussi des immigrés de plus longue date. Ils n’habitent pas dans les mêmes quartiers qu’eux et encore moins dans les mêmes immeubles qu’eux. De ce fait, leurs propres enfants ne sont pas dans les mêmes écoles que ceux des migrants actuels ni même des immigrés de plus longue date. Tout au plus, ils les croisent lorsqu’ils passent commande auprès de Deliveroo, lorsqu’ils prennent un Uber, etc.

Voilà où nous mène la mécanique élitaire. Il faut le dire et l’affirmer. Sans nier l’absolue nécessité de l’accueil d’urgence mais sans non plus nier l’absurdité, et je dirais même le double-jeu, du « sans-frontièrisme » que promeuvent les élites et leurs affidés conscients ou inconscients.

 
Edit du 21/10 : c’est bien un crédit d’impôt et non une réduction d’impôt comme deux lecteurs me le signalent, j’ai donc corrigé une phrase du papier qui laissait entendre que seuls ceux qui paient l’IR étaient concernés mais ça ne change rien à la question centrale que j’évoque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s