Mondialisation, classes moyennes et options politiques

La mondialisation est un phénomène à plusieurs dimensions. Je pense qu’on peut, en allant vite (parce que ceci est un post Facebook et pas une thèse de 1000 pages), considérer qu’il s’agit d’une plus grande ouverture des frontières pour les personnes, les biens et les services. Elle a induit le développement du commerce international mais aussi son pendant, les délocalisations vers le sud et la désindustrialisation du nord. Elle a induit le développement des services financiers mais aussi l’optimisation/évasion fiscale. Elle a aussi induit, par la fluidité des migrations et l’accès à l’information, des mélanges culturels tout autant que de replis identitaires.

Du point de vue des conditions matérielles de l’existence, certains y ont gagné et d’autres n’y ont rien gagné parce que leur situation a stagné. La courbe ci-dessous a été popularisée par Branko Milanovic, économiste spécialiste des inégalités [Global inequality, a new approach for the age of globalization, Harvard, 2016]. Elle a été critiquée plus ou moins à la marge mais elle est suffisamment explicite et exacte pour que chacun en soit conscient. Elle montre l’évolution mondiale des revenus entre 1988 et 2008 selon la catégorie des ménages en allant d’une part des plus pauvres qui sont à la gauche du graphique aux plus riches qui sont à sa droite et d’autres part de ceux dont la situation s’est le plus améliorée vers le haut à ceux dont la situation a le plus stagné en bas.

Ainsi les gagnants de la mondialisation sont les nouvelles classes moyennes du « sud » et les super-riches du « nord ». Les perdants de cette même mondialisation sont les classes moyennes inférieures du « nord ». On pourrait se demander pourquoi ils seraient perdants alors qu’en réalité leurs situation a stagné et non pas baissé. A cela deux réponses : (1) quand la situation de ceux qui sont autour de vous s’améliore et que la vôtre stagne, votre perception sera celle d’un déclassement et que celui-ci soit réel ou ressenti ne change rien à votre perception du phénomène ; et (2) quand vous êtes le seul à avoir les effets directs et visibles de la mondialisation dans votre quotidien (l’usine qui ferme, les voisins qui ne sont plus de votre culture, etc.) cela vient se rajouter à votre sentiment de déclassement et conforte votre rejet du phénomène (la mondialisation) qui vous semble responsable de vos malheurs.

Rien de neuf dans tout cela, mais il m’a semblé utile de le rappeler en ces temps où l’on cherche à installer un sentiment selon lequel l’opposition politique est désormais entre de gentils progressistes et de méchants nationalistes ! La situation actuelle et l’avenir de nos sociétés méritent mieux qu’une telle polarisation. Il y a une alternative à l’option « tout ouvrir » et à l’option « tout fermer » !

Milanovic-p.11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s