Organisation d’un « Islam de France » : Macron sur les pas de Sarkozy ?

Le président de la république, fidèle à sa filiation philosophique, réfléchirait à une forme de concordat pour assurer une gestion sereine de l’islam en France (ou de France, comme on voudra). Je crains qu’une telle orientation soit, si elle se confirme, une erreur sur deux aspects :
1/ elle ouvre une brèche dans la mécanique de la « laïcité à la française » qui souligne la neutralité de l’état et
2/ elle prouve une certaine mécompréhension de l’islam qui dans sa majorité est non-clérical et non-centralisé contrairement à ce qu’on connait le mieux c’est-à-dire le catholicisme.

Je maintiens quant à moi mon attachement à la laïcité à la française qui repose implicitement sur les 5 piliers suivants (je cite Catherine Kintzler, « Qu’est ce que la laïcité ? », pp. 18-19) :
1/ Personne n’est tenu d’avoir une religion plutôt qu’une autre
2/ Personne n’est tenu de n’avoir aucune religion
3/ Personne n’est tenu d’avoir une religion plutôt qu’aucune
4/ L’abstention absolue de la puissance publique en matière d croyance ou d’incroyance
5/ L’exclusion des communautés (qu’elles soient confessionnelles ou non) de la formation de la loi : la loi ne peut émaner que des individus-citoyens constitués en représentation générale

En évitant d’aller au-delà de ce que la loi de 1905 autorise, d’autres propositions existent : déduction fiscale à hauteur de 100%, formations historico-théologiques dans certaines universités, et surtout une organisation interne laissée aux bons soins de la communauté des croyants français musulmans ou des musulmans résidents en France.

En tout état de cause, tant que l’ordre public n’est pas touché, je ne vois pas pourquoi l’état romprait sa neutralité. Par ailleurs, qui peut être assez déconnecté de la réalité pour croire qu’en contrôlant l’institution on peut réduire l’espace occupé par les marges sectaires voire violentes ? C’est le contraire même qui pourrait bien se produire…

—–
Pour d’autres éclairages :
Je propose les éléments de réflexion de Mohammed Guerroumi : ici.
Ainsi que ceux de Rachid Benzine : ici.

Crédit photo : SIPA Press, Emmanuel Macron avec Anouar Kbibech, alors président du Conseil français du culte musulman, le 20/06/2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s