[Parti socialiste] Il faut dire ce que l’on veut faire, comment, pourquoi, pour qui et avec qui ?

En 2017, Le parti socialiste a subi un échec national et des échecs locaux sans précédents. Les militants et adhérents, en Loire-Atlantique, comme ailleurs en France, ont été douloureusement atteints par ces résultats et, s’ils doutent, ils ont aussi envie de croire et de participer à la nécessaire refondation de notre Parti. C’est ce qu’ils ont démontré par leur mobilisation nombreuse sur tout le département depuis 6 mois  dans le cadre des ateliers de la refondation . Pour reconstruire notre maison commune, il faudra s’appuyer sur nos expériences et nos réussites locales, bien sûr, car c’est dans les territoires que réside notre force et nos ressources. Il faudra aussi s’inspirer de pays voisins, le Portugal notamment, où la social-démocratie semble renaître de ses cendres. Mais une chose est certaine : ce ne sont pas les échecs de nos adversaires qui garantiront la renaissance durable de notre parti et, plus largement, qui redonneront à la gauche la crédibilité qui lui manque tant aujourd’hui. Pas de fatalité, assez de renoncements, c’est à nous de prendre notre destin en main !

Le Congrès qui s’ouvre est le point de départ d’une période riche de débats internes. Nous avons le devoir de le réussir, avec l’envie et l’enthousiasme qui nous ont cruellement fait défaut ces derniers temps. Ce Congrès doit d’abord permettre de nous rassembler. Car une équipe qui met en scène ses divisions devant les caméras, sur le terrain, et en dehors des vestiaires, n’a jamais gagné un match et encore moins une compétition. Mais pour être crédible, ce rassemblement doit se faire autour d’une alternative aux visions du monde qui se sont dégagées ces dernières années. Il doit donner du sens et du contenu à ce que c’est qu’être socialiste aujourd’hui. Il ne suffit pas, en effet, de prononcer le mot rassemblement pour qu’il se fasse de manière sincère et durable. Il faut dire ce que l’on veut faire, comment, pourquoi, pour qui et avec qui ?

Pour répondre à ces questions, j’ai décidé de soutenir la démarche d’Olivier Faure autour d’un texte d’orientation solide et prometteur :
  • Avec des axes idéologiques clairs : une Europe protectrice de nos solidarités et de nos normes environnementales, un Etat-Providence social écologique, le travail comme levier d’émancipation, la co-décision pour transformer l’Entreprise, le soutien assumé au développement de l’économie productive et de l’industrie, la lutte contre les inégalités de revenus et les fractures territoriales, une nouvelle valorisation de la création culturelle, la lutte contre les dérives identitaires et obscurantistes par le réveil des « Lumières » et la pleine adhésion à la laïcité française.
  • Il s’appuie sur les propositions de premiers secrétaires fédéraux, réunis notamment autour de la démarche utile du « Manifeste pour un progrès partagé » en ce début d’année, pour réinventer le fonctionnement du parti autour des militants, des sections et des fédérations. Il ouvrira le socialisme français sur la société : universitaires, militants associatifs, acteurs culturels, syndicalistes, etc. Il se fixe comme objectif la transformation du Parti en un « parti plateforme », proche de ses sympathisants, bien plus décentralisé, souple et horizontal, où le dialogue permettra, j’en suis persuadé, de faire progresser la pensée et de faire émerger cette nouvelle vision du monde qui devra nous caractériser.
  • La démarche d’Olivier Faure se fixe pour objectif de nous éloigner durablement d’un affrontement « bloc contre bloc ». Cet affrontement qui nous a tant miné ces dernières années. Son parcours politique montre sa volonté de rapprocher les points de vue par le dialogue : sa tentative de réconciliation des socialistes durant l’élaboration de la loi El Khomri est saluée par tous. Son opposition à l’extension de la déchéance de nationalité montre sa solidité et son indépendance d’esprit lorsque la citoyenneté républicaine est remise en cause.
Je soutiens aussi sa démarche parce qu’il n’est pas de ceux qui monopolisent le terrain électoral et médiatique depuis des décennies. Le renouvellement des profils, garantissant l’accession de nouvelles figures aux responsabilités, pourrait paraître anecdotique, voire contreproductif, dans d’autres conditions que les nôtres. Aujourd’hui il est incontournable. Pour être crédible et avoir du sens, le renouvellement des idées et des pratiques, passe aussi par ceux qui doivent les incarner. C’est, je crois, un des messages que les militantes et les militants de Loire-Atlantique ont adressé lors des récents ateliers de la refondation que nous venons de vivre au sein de la fédération de Loire-Atlantique du Parti socialiste. Ils doivent être entendus !

[Crédit photo : compte Facebook d’Olivier Faure]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s