Nicolas Sarkozy en garde à vue (1) depuis ce matin dans une affaire de trafic d’influence et de viol du secret de l’instruction. Deux hauts magistrats et l’avocat de l’ancien président de la République sont également mis en garde à vue dans la même affaire. Les opposants de l’ancien leader de la droite se réjouissent du sort qui lui est ainsi fait. Ces amis de l’UMP évoquent le complot ou se taisent. Mais le citoyen ordinaire, quelle peut bien être sa réaction face à un tel spectacle ?

 » Trafic d’influence et viol du secret de l’instruction », voilà ce que la justice souhaite mieux comprendre en mettant en garde à vue pour 24 ou 48 heures l’ancien président de la République. L’affaire est celle de la tentative de Nicolas Sarkozy d’obtenir des informations sur l’enquête concernant d’éventuels financements libyens illicites de sa campagne de 2007 : voilà pour le viol du secret de l’instruction. Quant au trafic d’influence : Sarkozy est soupçonné d’avoir promis un poste prestigieux à un magistrat en contrepartie de ces informations.

Cette garde à vue, mesure inédite dans l’histoire de la République française, peut être considérée comme un signe de bonne santé du système démocratique dans la mesure où un ancien président redevient un justiciable comme un autre. On pourra donc difficilement considérer, comme le font parfois les partis populistes, que les puissants sont à l’abri de la justice, quelles que soient leurs erreurs judiciaires.

Il n’en reste pas moins que l’accusation d' »acharnement » que mettent en avant les amis de l’ancien président, ces accusations seront convaincantes pour les militants et les sympathisants de la droite. Ils verront dans la justice, à tort ou à raison cela ne change rien quant la représentation qu’ils se font du système judiciaire, un mécanisme partisan souhaitant mettre fin à la carrière de leur champion.

Le citoyen ordinaire, ni de gauche ni de droite, sera lui dans un état d’esprit défiant : encore une fois les politiques sont pris « la main dans le sac », sac symbolique dans cette affaire-ci puisqu’il s’agit de trafic d’influence et pas d’enrichissement personnel – mais combien verront cette nuance de taille en survolant les JT ou les flash des chaînes d’information continue… Aux yeux du citoyen ordinaire, la classe politique ne peut s’empêcher de rompre les règles communément admises en société. A ses yeux, les élus s’autorisent ce que lui, électeur, on lui refuse. Tout cela contribue immanquablement au creusement du fossé qui sépare le citoyen de celui qui est censé le représenter et donc, de ce fait, lui ressembler !

Il est donc urgent que les élus, tous les élus, se rendent compte que le monde a changé : la transparence s’est imposée et l’information n’a plus de limites ou presque. Que ça plaise ou non ne change rien au résultat, les faits sont là : commettre des « sorties de route » est désormais impossible à masquer et il leur est donc impossible de ne pas être exemplaires. Il est temps qu’ils s’y adaptent, tous, et que ceux qui en sont incapables rendent leurs tabliers et laissent à d’autres le soin de renouveler les pratiques. Car en l’absence de ce changement culturel profond, il sera impossible de rétablir la confiance perdue entre électeurs et élus. En l’absence de ce changement, il sera impossible de freiner la montée de l’abstention et surtout la montée du vote populiste qui est le résultat mécanique de la défiance entre les citoyens et leurs représentants traditionnels.

(1) Dans la nuit du 1er au 2 juillet, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour corruption active et trafic d’influence. La présomption d’innoncence vaut autant pour lui que pour d’autres, mais la représentation que les citoyens ordinaires se font du politique et du chef de l’état en prend un (gros) coup malgré tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Politique