Christian Bouchet est tête de liste du Rassemblement Bleu Marine qui est la marque électorale, censée être un peu trendy, du Front national. Je lui avais consacré un billet aussi honnête que possible ici et il y avait répondu sans agressivité aucune sous forme de commentaire. J’avais bien évidemment publié sa réponse parce qu’il y a droit et que par ailleurs je suis fondamentalement favorable au débat contradictoire que je considère comme indispensable à la démocratie.

On m’a signalé hier après-midi un court texte de Bouchet sur sa page Facebook, celle de sa campagne électorale sur laquelle, pour être honnête, on ne note rien d’explicitement haineux. Il y évoque néanmoins « 700 emplois d’avenir » créés et financés par la mairie et la métropole et destinés à une « population issue de l’immigration ». Voici son texte :

Capture d’écran 2013-10-25 screenshot

Evidemment, il ne s’agit que d’un texte écrit rapidement par le candidat FN comme c’est l’usage sur Facebook. Donc, n’en faisons pas un texte doctrinal du FN ou de son représentant à Nantes. Il faut néanmoins donner sa juste valeur à ce texte qui montre bien certaines techniques du national-populisme et le fond de la pensée des tenants de cette mouvance.

J’ai donc pris le temps d’écrire un commentaire que j’ai publié hier soir vers 21h00 sur la page « électorale » de Christian Bouchet. Mais ce matin, ô surprise, mon commentaire avait disparu. C’est quand même dommage que le parti qui se considère comme le premier parti de France pratique un ostracisme en douce si je puis dire, d’autant plus que mon message n’était pas spécialement violent ou particulièrement mal construit.

Je publie donc mon commentaire sur le billet de Christian Bouchet ici et s’il souhaite y apporter une réponse, il sait que le débat contradictoire et courtois et possible en ces lieux.

La méthode utilisée est astucieuse, mais le compte n’y est pas…

En effet, vous utilisez une information pour le moins erronée et vous faites croire au lecteur que vous vous inscrivez dans une logique intellectuelle parfaite appuyée sur Guilluy.

En préalable, je me demande si vous ne mélangez pas allègrement emplois francs et emplois d’avenir ?!

Vous considérez que les 700 emplois évoqués sont en majorité, si ce n’est tous, attribués à des « populations issues de l’immigration » ce qui est difficile à prouver à moins de mener une étude précise dont on a d’ailleurs du mal à imaginer les « critères de tri ». De plus, vous éludez un peu trop vite que c’est dans les zones les plus touchées par le chômage des jeunes que ces emplois trouvent leur utilité. Or, dans ces zones où vivent les couches populaires, il n’y a pas que des « populations issues de l’immigration » loin s’en faut

Il est évidemment inutile de signaler ici qu’en République on n’évalue pas la situation sociale et économique d’une personne sur la base de ses origines ou de ses croyances. En République, l’Etat apporte son aide à ceux qui en ont besoin, et dans le cas présent aux catégories populaires, sur le terrain où elles en ont le plus besoin : faut-il vous rappeler qu’un jeune d’un quartier populaire a deux fois moins de chances de trouver un emploi qu’un jeune ayant le même diplôme, mais vivant dans un autre quartier, toujours sans distinction d’origine ou de croyance ?

En conclusion, on a le sentiment qu’aveuglé par une vision ethnique de la société, vous vous opposez à l’aide qu’apporte l’Etat, sans distinction d’origines ou de croyances, aux catégories populaires. Vous pouvez donc difficilement vous présenter comme le défenseur des classes populaires nantaises.

Je rappelle par ailleurs que Christophe Guilluy, le sociologue que Christian Bouchet tente de récupérer dans son texte, n’est pas exactement un homme de droite et encore moins d’extrême droite ! Cette brève interview parue en mars dernier dans Marianne explicite sa position vis-à-vis du FN qu’il considère comme « un indicateur (partiel) » guère plus, alors que « la question des classes populaires est [, elle,] beaucoup plus essentielle. » Il ne s’agit donc pas pour moi de nier la réalité de la gentrification dans les grandes métropoles françaises et ses conséquences sur les catégories populaires, mais de contester la capacité du Front national de répondre à ce défi.

En effet, le FN de Marine Le Pen essaie de faire oublier ses racines économiques libérales, mais l’alternative qu’il propose n’est pas nécessairement favorable aux classes populaires qu’il prétend défendre en les montants les unes contre les autres. Christian Bouchet a certainement bien lu Christophe Guilluy (Fractures françaises, Flammarion, coll. « Champs essai », Oct. 2013 pour la dernière édition) lorsqu’il dénonce la « montée des séparatismes », ces mêmes séparatismes que le texte du candidat « bleu marine » alimente à merveille si j’ose dire ! Le candidat du Front national a certainement lu Fractures françaises jusqu’au bout et il a peut être noté ce que souligne le sociologue sur « l’attachement des couches populaires françaises ou immigrées à une forme d' »autochtonie », source de liens sociaux« . C’est cette source que les propos de Bouchet tendent à tarir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Nantes, Politique

Mots-clefs

, , ,