C’est demain que sera enfin dévoilé le rapport Gallois commandé par le gouvernement français sur la compétitivité de notre économie. Comme à la veille de l’annonce d’un produit Apple, les journalistes spécialisés présentent un récapitulatif des rumeurs plus ou moins fiables sur le contenu du rapport de l’ancien patron de la SNCF ou encore d’EADS.

Il n’est pas question ici de nier l’intérêt de réfléchir à la compétition que doit affronter la France sur le marché mondial. Il faut aussi garder à l’esprit que les entreprises ont besoin de stabilité et non pas de chocs comme l’explique très bien la députée socialiste et économiste Karine Berger.

Il est cependant intéressant de relire ce que peut écrire Paul Krugman sur la compétitivité, lui dont les recherches sur le libre-échange ont abouti à un prix Nobel. Je reprends donc ici la synthèse que j’avais faite d’un de ces articles qui ont fait date

Les travaux d’Hercule

Déjà en juin 1993, en pleine crise du système monétaire européen, Jacques Delors, alors président de la commission européenne, était appelé, en vue du sauvetage in extremis du SME, à se positionner pour l’amélioration de la compétitivité et donc contre l’État providence et la régulation des marchés du travail en Europe. Delors prendra la voie du milieu (ça n’étonnera personne !) en considérant que la compétitivité de l’Europe devait s’appuyer, non pas sur une déréglementation d’inspiration libérale, mais plutôt sur un programme d’investissements publics, les fameux grands travaux qui devaient renforcer les positions européennes dans la compétition globale. Ces mêmes grands travaux que le président Hollande essaie d’imposer à la chancelière allemande au travers du Pacte de croissance, sorte de corollaire au TSCG ratifié, dans la douleur, il y a quelques semaines par la France.

Paul Krugman rappelle cet épisode dans un article qui fera date parue dans la prestigieuse revue Foreign Affairs daté d’avril 1994. Krugman se sert de la position de Delors et des dirigeants européens pour avancer sa critique contre la compétitivité à tout prix qu’il considère comme étant une « dangereuse obsession ».

La croissance japonaise n’induit pas de décroissance américaine

Dans son article, celui qui n’est pas encore prix Nobel d’économie (il l’obtiendra en 2008), avance trois principales critiques : (1) il estime comme empiriquement infondées les inquiétudes au sujet de la compétitivité, (2) il essaie d’identifier les raisons qui font que malgré cela la compétition internationale des économies crée un tel attrait chez les observateurs et enfin (3) il démontre le caractère dangereux de l’obsession de la compétitivité à la fois pour chaque économie nationale, mais aussi pour le système économique international tout entier.

Sans reproduire toute la démonstration de Krugman, retenons que pour lui, et contrairement aux vents dominants à cette époque (politique des « champions nationaux » de l’administration Clinton) les pays ne sont pas en concurrence les uns avec les autres de la même façon que les entreprises le sont. Il souligne que les États-Unis produisaient, à ce moment-là, 90% des biens et services dont ils avaient besoin. Et par opposition, l’extrême majorité des voitures vendues par General Motors ne le sont pas à des salariés du groupe. De même les entreprises sont dans la plupart des cas des purs concurrents les uns des autres (Pepsi / Coca) alors que les pays entre eux sont à la fois concurrents, mais aussi, et surtout clients les uns des autres. Et donc au final, il est faux de considérer que la croissance japonaise réduit la croissance américaine. Voilà pour ce qui est de la théorie de la compétitivité que l’expérience permet de réfuter.

Une obsession dangereuse

Krugman souligne ensuite la dangerosité de l’obsession de la compétitivité qui peut conduire à une mauvaise allocation des ressources. Il prend l’exemple d’une politique encourageant la recherche dans le domaine industriel dont les résultats concernent des produits vendus sur les marchés mondiaux. Une telle politique défavorise l’investissement dans les services dont l’essentiel de la compétition se fait sur les marchés domestiques alors même que les services ont besoin de gain de productivités donnant lieu à une augmentation de niveau de vie des travailleurs. Plus grave encore, Krugman souligne le risque de conflits commerciaux émanant de cette obsession de la compétitivité. L’économie qui ne parvient pas à bien se positionner dans le jeu de la concurrence se refermerait naturellement sur elle-même. Krugman note enfin le risque le plus sérieux, celui d’une mauvaise appréhension de l’économie et d’une dégradation dans la prise de décision politique de manière générale, car la concurrence internationale devient le seul point de vue pris en compte lors de la conception et mise en oeuvre de politiques publiques.

Et le futur Nobel d’économie, chantre du libre-échange faut-il le rappeler, de conclure :

[…] competitiveness is a meaningless word when applied to national economies. And the obsession with competitiveness is both wrong and dangerous.

[la compétitivité est un mot qui n’a pas de sens lorsqu’il est appliqué aux économies nationales. Et l’obsession de la compétitivité est à la fois erronée et dangereuse]

Voilà de quoi relativiser l’importance des conclusions de M. Gallois sans en nier par avance l’intérêt, ne serait-ce que parce que les a priori c’est mal 😉 . Néanmoins, tout comme Coralie Delaume, je crains que les arbres soient les premiers perdants de cette énième rapport du genre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Politique

Mots-clefs

, , , , ,