Faire de ces idéaux des réalités quotidiennes

J’étais samedi soir présent à la clôture de l’événement annuel du Comité Laïcité République Pays de la Loire. J’ai remercié les organisateurs et les conférenciers du jour.

J’ai profité de cette prise de parole pour rappeler les cinq grandes propositions philosophiques qui fondent la laïcité à la française telles que les présente Catherine Kintzler :
👉 « Personne n’est tenu d’avoir une religion plutôt qu’une autre ».
👉 « Personne n’est tenu de n’avoir aucune religion »
👉 « Personne n’est tenu d’avoir une religion plutôt qu’aucune »
👉 « L’abstention absolue de la puissance publique en matière de croyance ou d’incroyance — exclusion d’une religion officielle, même civile »
👉 « L’exclusion des communautés (qu’elles soient confessionnelles ou non) de la formation de la loi : la loi ne peut émaner que des individus-citoyens constitués en représentation générale »

J’en ai profité pour inviter chacun à régulièrement « dézoomer » un peu, à élargir la focale au-delà de nos contrées occidentales. On voit alors très vite tout l’intérêt de la laïcité à la française si on cherche à voir ou à imaginer comment chacune de ces propositions est interdite d’application dans des états actuels ou passés (penser aux sorts des chrétiens en URSS, aux sort des Ouïghours musulmans en Chine contemporaine, au sort des athées dans bien des états du Moyen Orient, etc.). On voit vite tout l’intérêt de la laïcité. Et on voit l’intérêt de la laïcité à la française en particulier avec les deux dernières propositions.

On voit en efft comment l’abstention absolue de la puissance publique l’empêche d’interférer dans les croyances et permet ainsi aux religions de vivre leur vie dans le srespect de la loi commune et sans risquer d’être elle-même altérée par la puissance politique ou militaire.

De même, surtout, on voit que la formation de la loi par les seuls individus-citoyens fait de nous des citoyens — libres et égaux — sans risque d’inégalité ou de manque de liberté en raison d’une appartenance autre que celle de la citoyenneté.

Evidemment en disant tout cela je ne cherche pas à faire croire que tout va bien dans le meilleur des mondes. Evidemment nous parlons ici de grands idéaux hérités du passé et qu’il s’agit de réaliser au quotidien. Et c’est notre rôle de citoyens engagés que de faire en sorte que ces idéaux deviennent autant que possible et aussi souvent que possible des réalités quotidiennes !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s